28 juin 2010

Moments forts vrac

Ca prend du temps d’écrire ce blog, et c’est pas comme si il ne se passait rien dans ma vie de Béninoise… C’est dur de faire des choix de sujets et de façon de les traiter.

Donc, ici, un petit pèle mèle des derniers moments hauts en intensité vécus dans mon pays d’Afrique (Olé) :

Ce week end, visite d’Abomey (enfin !), La ville historique de référence au Bénin… On est d’un coup plongé dans un bouillon ed culture de ce pays au lourd passé, et sincèrement, ca fait du bien…parce qu’en réalité, si le Bénin n’est pas la destination touristique première dans cette partie de l’Afrique, ca n’est pas parce que la majorité de la population est nue ou en haillons et la pauvreté très présente, c’est parce que l’on manque de site à visiter… Les mœurs sont tels ici qu’il y a très peu de bâtiments (sauf coloniaux), de construction, d’effigies ou de représentation de l’histoire, des modes de vie, de la culture ancienne… La possession n’est pas à démontrer comme chez nous, les valeurs se transmettent dans une même famille, de père en fils , l’oralité prime, les arts ont souvent été déplacés vers l’occident et ne sont plus renouvelés avec le même savoir faire (à peine des copies faciles pour générer de l’argent rapidement) et l’histoire des peuples montrent que leur caractère nomade (à plus ou moins grande échelle) ne devait pas aider à l’investissement foncier dans une ville.

Bref, découvrir en profondeur l’histoire du royaume de Dahomey m’a permis un nouveau regard sur  le Benin.

Je ne raconterais pas tout, ca serait bien trop long…mais globelemnt, on retouve dans l’ordre :

( comme dans l’ histoire des rois de France), des histoires de pouvoir, de gain de territoire, de rois, de famille, de trahison, de vengeance, de stratégies guerrières, d’amazones …des peuples variés, au nord et au sud, des royaumes distincts….puis de traite négrière, d’invasion de l’Europe, de Colonisation, de démocratie (la monarchie et ses visions de rois sanguinaires tombent au début du XXeme !

la Colonisation

dure 66 ans) , d « indépendance » ou sont alors dessinées des frontières qui n’existaient pas, reprenant simplement une logique « environnementale »(le tracé suit celui du fleuve Mono)  et de rassemblement des colonies francophones/germanophone/anglophones entre elles (on crée ainsi les pays du Ghana, Togo, Benin, Burkina F…) sans prendre en compte que les peuples se sont répartis les terres totalement différemment. Du coup on retrouve des mêmes ethnies au Togo, au Niger et au Benin, mais ils sont maintenant tous séparés et chacun avec une « langue officielle » différente, alors que le Nord et le Sud du Bénin sont différents à tous points de vue : peuples, dialecte, climat, faune et flore….

Lors de ce même week end (sans mes amis yovos qui avaient déjà visité la ville), j’ai eu l’occasion de me rendre dans une famille béninoise. Immédiatement à mon arrivée ils m’ont posée le bébé de 2 mois a peine dans les bras, la mere chantant mes louages comme si j’offrais ma bénédiction ou ma force de la "réussite blanche" à son enfants rien qu’en le tenant. Pendant ce temps les 4 autres petiots venaient me toucher, ma peau toute blanche (et pourtant je suis bronzée), mes vetements, mes cheveux... avec une grande douceur et des sourire lumineux sur le visage. J’ai fait de même avec chacun d’entre eux, afin que nous échangions ensemble la découverte de l’autre dans le respect  le plus total sans pouvoir trop communiquer par le langage mais tout en riant aux éclats, chantant et dansant. Ce n’est pas la première fois, mais c’est toujours trop fou à vivre.

Au détour d’une rue, sur une place de la ville j’ai vu, posés bien tranquillement sur un banc, 2 cabris à barbichette bien tranquilles , à coté, un troisième c’était installé dans une cabine téléphonique…un peu à la manière des vieux corses posés sur leur banc toute la journée qui regardent les gens passer, la vie se dérouler en faisant leur petits commentaires.

Le week end précédent, je m’étais rendue, avec les «  belgo-béninois » (toujours les mêmes) à la « bouche du roi » à grand Popo. C’est l’endroit ou l’homme a créé une embouchure entre le fleuve mono et l’Océan, permettant ainsi de faciliter la reproduction des espèces poissonneuses, et donc la pèche, ainsi que l’évacuation des eaux de pluies d’abondance qui font d’un coup énormément monter les eaux du fleuve jusqu’à inonder les villages alentours (et détruire des habitations, des administrations…bref des catastrophes pour l’économie instable de ces mini agglomérations). Pour y aller, nous avons pris une pirogue, sans toit, sans moteur, mais avec deux jeunes piroguiers costauds et très sympas !!! …Le truc c’est que dès le matin, un énorme orage s’est abattu sur la région, nous faisant retarder notre départ parce qu’il était impossible de trouver le taxi brousse qui nous aurait amené jusqu’au lieu d’embarquement de la pirogue….Lors d’une accalmie, nous décidons vaillamment de ne pas perdre notre journée enfermée et de croire en notre bonne étoile du vaudou de la prévision météorologique, nous partons donc à la recherche d’un taxi. Evidemment, nous n’avons pas nos Kway, ca serait trop beau, nous nous retrouvons donc dès les 20 premiers mètres trempés jusqu’aux os et glacés d’être si peu vêtus sous une pluie qui va grandissante…. Ca promet pour la journée sur l’eau…

Nous voyant frigorifiés, le piroguier me prete un ciré jaune de pécheur breton pendant que mes deux collègues mettent leurs « essuies » (=serviettes en belge) sur leurs épaules. La grande classe ! Un petit coup de Sodabi de temps en temps pour se réchauffer, nous voila partis pour trois heures d’une superbe ballade au son des chants de piroguiers… typique !Sur le chemin, on embarque une jeune femme sur le bord du fleuve, la pluie s’atténue, les coprs se réchauffent et les discussions s’animent…on ne regrette en rien notre choix inconfortable, lent mais tellement plus romanesque d’une pirogue non équipée.

Arrivés à l’objectif prévu, nous découvrons un paysage étendu sur toute l’horizon qui n’est visible nul par ailleurs : le calme d’un fleuve profond au reflets verts en décrue douce qui s’étend entre deux rives de sable rougeoyant et s’élance vers un océan chaotique, dont les vagues s’éclatent avec des hauteurs impressionnantes à deux endroits distincts, sur la plage comme nous en avons l’habitude et

40 mètres

plus loin environ sur un faux plateau qu’il est fortement risqué d’atteindre en baignade puisque générant de très gros courants aspiratoires… C’est magnifique… bouche bée, nous passons de l’un à l’autre des paysages en admirant le travail de qualité et de préservation de la nature fourni par l’homme… ouaaaah !

Jeudi dernier, nous avons souhaité emmener les grands « enfants » du Bethesda voir le match Cameroun/Pays Bas sur l’écran géant de la ville. On a donc obtenu toutes les autorisations nécessaires, et puis ni une ni deux, nous partons... une bonne équipée de 15personnes dont 7 en fauteuils roulants à faire des courses le long de la voie (pas toujours pavée)...bien évidemment, Parfait et moi avons gagné largement en avance sur l'ensemble des autres participants !

…En arrivant, (nous sommes en Afrique), nous constatons que l’écran géant, situé dans le parc de la ville, ne fonctionne pas… qu’à cela ne tienne, c’est suffisamment rare que les enfants sortent du centre pour que nous n'annulions pas la sortie au moindre petit problème. Dimitri (belge) se rend donc chez le coiffeur d’a coté lui demandant de nous sortir son téléviseur ( 13 pouces ???) dans la rue afin que nous puissions suivre ! Et c’est parti, on sort les beignets, le jus de bisop, et on fait des petits jeux dans la rue pour rigoler ensemble, des photos…c’est trop bien !

…Le match se passe, c’est pas la passion, le Cameroun perd…et merde ! Ils auraient pu faire un effort.

DE l’autre coté de la place on entend une musique, je me rend sur place avec Florentine, une jeune maman, et nous rencontrons les gestionnaires d’une ONG qui orgnisent un tour du Bénin pour promouvoir l’emploi des jeunes par des concerts de représentation chorégraphies chants et danses gratuits… Super ! C’est l’occasion, on décide de continuer la soirée ici !

C’est alors qu’on croise des mamans du Bethesda, venues vérifier que nous n’avions rencontré aucun problème…elles semblent inquietes, on se renseigne : c’est la premiere fois qu’une sortie de ce type est organisée, depuis 5 ans personne n’est sorti du centre sauf pour rentrer chez soi, elles s’interrogent sur ce que nous allons faire, et ont également envie de participer avec nous…Evidemment, c’est avec plaisir que nous les accueillons dans notre petit groupe.

Les organisateurs nous aident à monter les chaises dans la salle, l’ambiance est toute fofolles, les filles dansent de partout… Des l’arrivés, nous sommes accueillis pas une choré d’un grand classique d’un générique de film indien « Bolle Churian » (je sais pas l’écrire) ! …C’est génial ! Ici cette culture du ciné Bollywood est très présente, je suis explosée de rire : c’est justement le jour de l’anniversaire de ma collègue partiellemnt indienne qui m’a tout fait découvrir de ce point de vue ! Comme un petit signe a son attention, j’apprécie d’autant mieux le spectacle (you are my Sonia :) )…et après, ca continue en rap béninois…ouaich ouaich ! Trop bien.

On part lorsque tout est fini, de nouveau des courses dans la rue (mais on commence a fatiguer, on va moins vite)… les mamans rient, elles sont contentes de la soirée..ne parlons pas des ados…c’est génial !l’ambiance est top, et lorsqu’on croise le coordinateur sur sa moto, il est impressionné de toute cette euphorie et nous gratifie de notre action. Il nous précisera d’ailleurs que le lendemain en rentrant au centre Bethesda, tout le monde l’accueille par des cris en racontant la soirée de la veille…y compris ceux qui n’étaient pas avec nous J 

J'adore ma vie... j'en profite, je la croque.

Bon, le Cameroun est éliminé…ne parlons pas de

la France

…maintenant, je soutiens le Ghana, toute l’Afrique est derrière toi J

Posté par PaulinoBenin à 16:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Moments forts vrac

  • indiana Jones

    Alors, mon aventurière au grand coeur, tu es bien plus forte qu'indiana jones!!!C'est magnifique tout cela et je ne te remercierai jamais assez de nous le faire partager!!!Moi qui suis souvent en relation avec des mamans et enfants africains, cela me parle beaucoup! Continue, continue, vas-y tout en gardant la tête sur les épaules!
    Joseph (qui t'embrasse) et moi suivons bien le foot et j'étais derrière le Ghana pour l'encourager contre les Ricains! Il a gagné; j'étais ravie mais je n'ai pas exhulté car nous étions avec un Ricain (lequel sportivement a applaudi le Ghana). Il fait bien chaud à Paris : c'est l'été et j'adore cela!
    Je t'aime très fort et te serre dans mes bras de maman

    Posté par maman, 28 juin 2010 à 17:23 | | Répondre
  • Reine du jour

    Joyeux anniversaire fille de la Lumière!!
    Ma petite soeur, bravo pour tes initiatives, c'est ça l'esprit d'aventure. Je suis contente que les ados de votre centre aient eu l'occasion de sortir. Tu vois ma soeur, c'est ce genre de moments magiques et spontanés, comme ta virée en pirogue, que je garde de l'Egypte: des grâces! Ce sont les couleurs et l'empreinte d'un pays.
    Tu verras, cela restera gravé dans ta mémoire corporelle. Amen, merci Seigneur que tu puisses vivre ses moments privilégiés.
    Bon, oui bon anniversaire Pauline et que l'Esprit veille sur toi et ceux qui t'entourent.
    Je t'embrasse fort.
    Fleur

    Posté par Fleur, 29 juin 2010 à 10:10 | | Répondre
  • Nanniii !

    Tout est dans le titre ! =)

    Posté par Vince, 29 juin 2010 à 11:31 | | Répondre
  • Cette nouvelle année pour toi commence dans la joie. Que cette joie t'accompagne toute ta vie.
    Je t'embrasse fort.

    Posté par pou, 04 juillet 2010 à 12:00 | | Répondre
Nouveau commentaire